Dossiers d'Archéologie n° 274
Hadrien

N° 274 - Juin 2002

9,50 €

ISSN : 1141-7137

Varius, Multiplex, Multiformis. C'est avec ces mots que l'Epitome de Caeseribus (14,6) qualifie le personnage d'Hadrien (117-138). Le successeur de l'empereur Trajan (98-117) fut assurément une personnalité complexe, un homme hors du commun, "le champion des vices et des vertus" (Epitome). Il avait d'immenses défauts qui le poussèrent jusqu'à la persécution des plus grands maîtres de son temps. Mais à côté de cela, que de qualités ! Affable et agréable avec ses amis, il était cependant un travailleur infatigable à qui sa mémoire étonnante permettait de faire plusieurs choses à la fois. On loue en lui l'homme d'État prévoyant et généreux, qui parcourt les provinces, aide particuliers et cités, restaure les villes, réforme l'administration, modernise et humanise la justice, pourchasse la corruption et veille au maintien de la discipline militaire. Doué pour tout, il a excellé dans les langues, le chant, la médecine ; il était musicien, géomètre, architecte, peintre et sculpteur. On comprend qu'avec de telles dispositions intellectuelles, l'empereur Hadrien ait laissé le souvenir d'un homme à "l'esprit distingué dans toutes les choses humaines" (Epitome). Vous retrouverez cette forte personnalité dans les Dossiers d'Archéologie où les meilleurs spécialistes font revivre ses fabuleux voyages à travers l'empire romain et évoquent pour vous ses œuvres littéraires et artistiques.

Sommaire

Hadrien et ses biographes antiques
Hadrien et l'esthétique de son temps
Hadrien homme de lettres
Les chasses de l'empereur Hadrien
Hadrien, empereur espagnol
La politique monétaire d'Hadrien
Le séjour en Bretagne et la construction du Mur
Le voyage en Afrique (128)

L'aqueduc de Carthage

L'aqueduc qui reliait dans l'Antiquité la ville de Ziqqa (Zaghouan) à Carthage a été considéré de tout temps comme une des merveilles de l'architecture romaine. La fascination qu'il a exercée est restée vivace à travers les siècles. Ce grandiose aménagement hydraulique a notamment ébloui un auteur du XVIIe siècle, Ibn Abu Dinar, dit al-Qairawani, qui le décrit comme ?une des merveilles du monde ; et si les Égyptiens tirent vanité de leurs pyramides, les Africains ont droit à s'enorgueillir de cet aqueduc?. Bien avant lui, Ibn Khaldoun le citait comme faisant partie des constructions du passé qui ne peuvent être réalisées que par un État puissant.

Auteur : Ben Hassen (H.)

Magazine : Dossiers d'Archéologie n° 274 Page : 38-39

Hadrien en Égypte
Hadrien et les voyages dans l'Orient grec
L'Athènes d'Hadrien
Rome et Hadrien
Le Panthéon
La Villa d'Hadrien