Dossiers d'Archéologie n° 310
La musique au Proche-Orient ancien

N° 310 - Février 2006

9,50 €

ISSN : 1141-7137

La musique constituait un des aspects majeurs de la civilisation du Proche-Orient ancien. Toutes les villes de la Mésopotamie participaient à la même culture musicale, utilisaient les mêmes instruments, se référaient aux mêmes façons de jouer, de chanter et de réciter ; il en allait de même pour la divination, la littérature, etc. Mais, malgré une assez grande uniformité de cet art, nous pouvons repérer des particularités locales, des spécialisations plus poussées, des centres d'apprentissage réputés. Cette diversité explique pourquoi les musiciens sillonnaient jadis les routes, envoyés par leurs maîtres, accompagnant ces derniers, ou au contraire quittant ceux qui les avaient jusqu'alors entretenus pour aller chercher fortune ailleurs. Ces musiciens et musiciennes emportaient avec eux leur art, leur savoir technique, et pouvaient certainement représenter à l'étranger leur ville d'origine, c'est-à-dire des écoles de musique plus ou moins prestigieuses ; les échanges qui s'effectuaient ainsi étaient sûrement des plus fructueux.

Sommaire

C'est grâce à la découverte sur le site archéologique turc de Bogazkale (l'antique Hattusha) de plusieurs milliers de fragments de tablettes inscrites en écriture cunéiforme que la culture hittite s'est révélée à nous. Au fur et à mesure que progressait le déchiffrement de ces documents d'argile se précisait le portrait de cette brillante civilisation anatolienne ayant vécu du XVIe au XIIe siècle avant J.-C. Ainsi, a-t-on pu appréhender de nombreux aspects de la vie quotidienne des Hittites, tels que leurs croyances et leurs pratiques religieuses.

Auteur : Mouton (A.)

Magazine : Dossiers d'Archéologie n° 310 Page : 68-71