Dossiers d'Archéologie n° 253
Archéométrie

N° 253 - mai 2000

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,80 €

ISSN : 1141-7137

L'homme de terrain qu'est l'archéologue a de plus en plus besoin de l'homme de laboratoire qu'est le physicien ou le chimiste. Qu'il s'agisse de détecter des vestiges invisibles, de dater des structures ou d'analyser un matériau, c'est d'abord aux méthodes physiques et chimiques qu'il a recours. Sans elles, en effet, il en est réduit à des solutions moins efficaces. Mais pour assurer la pleine efficience de cette interaction, il faut obligatoirement passer par le dialogue. L'homme de terrain doit expliquer ses connaissances et ses méthodes, sa problématique et ses attentes à l'homme de laboratoire qui ne les comprendra jamais mieux que sur une fouille. Inversement, celui-ci doit expliquer son travail à l'archéologue, et de préférence dans son laboratoire. Ce Dossier d'Archéologie veut ainsi montrer que l'interdisciplinarité est plus que jamais nécessaire et indispensable au travail de l'archéologue comme à celui du physicien et du chimiste, et que l'avenir de ces sciences en dépend.

Sommaire

L'archéologue et le physicien
La dendrochronologie
Datation des peintures pariétales par le Carbone 14
La datation par thermoluminescence
Identification des sources de l'argile dans les céramiques
L'analyse des glaçures archéologiques
Cathodoluminescence et archéologie
Les enduits peints antiques

Caractérisation infrarouge des matériaux

Donner un nom précis aux objets, aux matériaux de construction archéologiques est fondamental pour établir correctement les bases objectives de la réflexion sur l'industrie humaine passée, en particulier pour l'Antiquité et pour les temps les plus anciens de la Préhistoire. La connaissance précise de la nature pétrographique des objets archéologiques permet dans de nombreux cas de mieux appréhender le problème de leur source, et donc de leur place dans l'environnement géologique des sites d'où ils proviennent. C'est ainsi que les silex sensu stricto n'existant que dans les craies (ou les calcaires fins) des terrains sédimentaires marins du Crétacé supérieur, la source de ces matériaux sera à rechercher préférentiellement dans des ensembles géologiques comprenant ce type de terrains. De la même manière, la source des objets en jaspe est à rechercher exclusivement dans les terrains marins du Jurassique supérieur en association avec les ophiolites, ces lambeaux de croûte océanique basaltique coincés par le jeu de la tectonique des plaques dans les chaînes de montagnes péri-méditerranéennes comme en Grèce en particulier.

Auteur : Fröhlich (F.)

Magazine : Dossiers d'Archéologie n° 253 Page : 48-53

Microscopie Raman
Métalloraman
Le bronze et les bronzes
La chromatographie en phase gazeuse
La paléogénétique
Les apports de la prospection géophysique à l'archéologie
L'identification des récipients de cuisson

Vous aimerez aussi

Dossiers d'Archéologie

Dossiers d'Archéologie

ABONNEMENT 1 AN
6 numéros + 2 hors-séries / an

Synthèse approfondie sur un sujet majeur de l'archéologie

67 € au lieu de 78,40 €*

Ajouter au panier
Archéologia

Archéologia

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros / an

Toute l'actualité de l'archéologie en France et ailleurs

70 € au lieu de 93,50 €*

Ajouter au panier
Histoire de l'Antiquité à nos jours

Histoire de l'Antiquité à nos jours

ABONNEMENT 1 AN
6 numéros + 3 hors-séries / an

Toute l'histoire à partir de l'Antiquité

69 € au lieu de 79,50 €*

Ajouter au panier
Arkéo

Arkéo

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros / an

La mythologie et l'histoire des grandes civilisations !

56 € au lieu de 66 €*

Ajouter au panier