Dossiers d'Archéologie n° 256
Les échanges au Moyen Age

N° 256 - septembre 2000

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,90 € 4,95€

ISSN : 9771141713005

Ce dossier s'intéresse à la problématique difficile du passage de l'Antiquité tardive au haut Moyen Age, sujet d'étude rendu extrêmement ardu par le cloisonnement des disciplines historiques et archéologiques qui, heureusement, tend aujourd'hui à disparaître. Au début de ce siècle, H. Pirenne développa dans divers articles et livres parus en 1922 et 1923, une "thèse", synthétisée dans un ouvrage paru en 1935 intitulé "Mahomet et Charlemagne, selon laquelle les invasions barbares du Ve siècle ne détruisirent pas complètement l'antique civilisation romaine, et que les institutions politiques existantes furent même, dans une certaine mesure, conservées. Ce furent les Arabes qui mirent un terme définitif à la domination romano-byzantine sur les routes maritimes, et furent , par conséquent, à l'origine de la séparation de l'Orient et de l'Occident. L'ensemble des articles réunis ici confrontent cette thèse aux découvertes archéologiques et historiques des toutes dernières années, et permet de voir que les conclusions du grands historien belge sont à nuancer.

Sommaire

Les villes des Gaules
Villes et artisanat dans l'Occident méditerranéen
Les fouilles de la Crypta Balbi
La Méditerranée orientale et les Balkans
Butrint
Gortyne

Le site d'Amorium

La ville antique d'Amorium est située sur les marges orientales de la province d'Asie qui fut léguée à Rome par le roi Attale III de Pergame en 133 av. J.-C. Bien qu'elle fut d'une certaine importance sur le plan régional, on ne peut pas dire grand chose de la ville romaine ni d'après les sources littéraires ni par les vestiges archéologiques visibles. Durant l'Antiquité tardive, Amorium, à l'instar de plusieurs autres villes d'Anatolie centrale, se développa et prospéra principalement parce qu'elle se trouvait sur l'une des deux routes majeures qui reliait Constantinople à la frontière syrienne et à la Terre sainte. C'est au cours de cette période, sans doute dans la dernière partie du Ve siècle, que la ville fut dotée d'un puissant ensemble de fortifications renfermant une zone de quelque 65 hectares.

Auteur : Lightfoot (C.)

Magazine : Dossiers d'Archéologie n° 256 Page : 32-33

La céramique montée à la main
La fin du grand commerce méditerranéen en royaume franc
L'art du verre en Occident
San Peyre (Gard)
Marchands de vin, marchands d'Orient
Aux origines de l'économie européenne
Genèse de l'art chrétien d'Orient et d'Occident
Le commerce nord-européen
L'économie carolingienne
Le Proche-Orient et le monde méditerranéen
La diffusion des produits d'Extrême-Orient
Ports et comptoirs de l'Arabie heureuse
Les routes de l'Europe orientale
Les Khazars et le commerce oriental

Vous aimerez aussi

Les peintures murales du palais DE TELL AHMAR

Les peintures murales du palais DE TELL AHMAR

Les couleurs de l'empire assyrien

35,00 €

Découvrir
LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

97,00 € 69,00 €

Découvrir
La vie préhistorique

La vie préhistorique

115,00 € 39,00 €

Découvrir
Les Sarcophages égyptiens en terre cuite

Les Sarcophages égyptiens en terre cuite

71,00 € 29,00 €

Découvrir