Dossiers d'Archéologie n° 267
Malte, du Néolithique à la conquête normande

N° 267 - Octobre 2001

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,80 €

ISSN : 9771141713005

Ancrée dans les eaux bleues de la Méditerranée, à la charnière de ses deux bassins, à 90 km au sud de la Sicile et à 230 km de l'Afrique du Nord, l'archipel maltais (316 km2) comprend les îles de Malte (246 km2), de Gozo (68 km2), de Comino (2 km2) et de Filfla. Malte doit sa renommée à ces trésors de la Préhistoire que sont les temples magnifiques d'Hagar Qim, Mnajdra, Ggantija, Tarxien et bien d'autres, ainsi qu'à l'Ordre souverain des chevaliers qui porte son nom depuis le XVIe siècle. Mais on oublie souvent que ce petit archipel fut également au contact des grandes civilisations qui, au cours de l'Antiquité et du Moyen Age, imposèrent plus ou moins fortement leur puissance et leur culture dans cette partie de la Méditerranée qu'on appelle centrale, et qui regroupe des espaces insulaires et continentaux importants comme la Sicile, l'Italie du Sud, la Tunisie et Malte.

Sommaire

Les temples de Malte et l'émergence de la notion de Préhistoire en France (1770-1840)
Malte et la Préhistoire de la Méditerranée
Les temples et les sanctuaires préhistoriques
Les îles phéniciennes du milieu de la mer
Malte sous les Romains

Malte dans l'Antiquité tardive et à l'époque byzantine

Les sources écrites sur Malte dans l'Antiquité tardive et aux périodes byzantines sont fragmentaires et parfois contradictoires, ce qui prête le flanc aux hypothèses erronées et aux spéculations. A l'époque romaine, Malte était un avant-poste provincial, et les témoignages archéologiques et textuels en donnent l'image d'un centre culturel relativement prospère. Il existait une ville sur Malte et sur Gozo, située à l'intérieur des terres, et les deux îles étaient réputées pour leurs textiles et leur miel. On y trouvait aussi des temples, de belles maisons citadines, des bains et des domaines ruraux avec des pressoirs à huile et de grands réservoirs d'eau. Les plus beaux ports de Malte paraissent avoir généré une activité marchande – on possède quelques indications sur le port très actif de la ville de Marsa – mais ils attirèrent également l'attention des pirates qui utilisèrent Malte comme base.

Auteur : Buhagiar (M.)

Magazine : Dossiers d'Archéologie n° 267 Page : 68-75

Arabes et Normands à Malte

Vous aimerez aussi

Dossiers d'Archéologie

Dossiers d'Archéologie

ABONNEMENT 1 AN
6 n° + 2 hors-séries / an

+ archives OFFERTES (45 n°)

67 € au lieu de 78,40 €*

Ajouter au panier
Archéologia

Archéologia

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros / an

+ archives OFFERTES (75 n°)

70 € au lieu de 93,50 €*

Ajouter au panier
Histoire de l'Antiquité à nos jours

Histoire de l'Antiquité à nos jours

ABONNEMENT 1 AN
6 n° + 3 hors-séries / an

+ archives OFFERTES (55 n°)

69 € au lieu de 79,50 €*

Ajouter au panier
Arkéo

Arkéo

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros / an

+ archives OFFERTES (65 n°)

56 € au lieu de 66 €*

Ajouter au panier