Dossiers d'Archéologie n° 290
La Tribologie

N° 290 - Février 2004

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,90 €

ISSN : 9771141713005

Le développement des techniques d'analyse et des sciences exactes ont accéléré celui de l'archéologie. À côté de son rôle premier qui est l'étude des vestiges anciens – ce qui en est la définition étymologique –, l'archéologie d'aujourd'hui est amenée quotidiennement à pousser plus avant ses recherches et ses conclusions. Pour ce faire, les archéologues font appel à des spécialistes de différentes disciplines qui les aident à dresser un portrait le plus précis possible des hommes, du site et des objets qu'ils découvrent ; c'est ce qu'on appelle communément la pluridisciplinarité. La tribologie fait partie de ces techniques d'analyse qui contribuent à mieux faire connaître notre passé. Derrière ce terme abscons, se cache une science tout à fait particulière dont les apports sont étonnants. Son domaine d'étude concerne le frottement et l'usure des corps naturels ou fabriqués que les archéologues mettent régulièrement au jour. Son champ d'application est très vaste puisqu'il couvre tous les types de détérioration observée suite à un usage. Vous en trouverez plusieurs exemples dans les pages ce dossier. Ils concernent, entre autres, les dents et les ossements humains, la restitution des gestes techniques dans la fabrication des outils en silex ou en obsidienne, la circulation des matières premières lithiques, la fabrication des outils en os, l'utilisation des matières minérales, la taille des objets en bois ou celle de la pierre de construction. Vous découvrirez donc dans ce numéro des applications concrètes de la tribologie à des domaines qui concernent aussi bien la préhistoire ou l'Antiquité que les périodes moderne ou contemporaine, et vous serez étonnés de voir ce que l'on peut faire dire à un objet par définition muet.

Sommaire

Divers visages de la tribologie
La dent, miroir de la vie
Surfaces osseuses et pratiques funéraires
Les signes du corps
Les techniques de taille de la pierre préhistorique
La circulation de l'obsidienne
La première machine agricole et les lames cananéennes
Les outils en matières osseuses
Le broyage des matières minérales
Des pots et des techniques

Quand le paléoxylologue devient un technicien de surface

Les bois archéologiques sont maintenant des vestiges fréquemment étudiés dès que l'on fouille des couches en condition anaérobie. Cette absence d'oxygène est plus radicale dans les milieux noyés. Ce sont donc les bois gorgés d'eau qui se trouvent si bien conservés qu'ils portent encore un nombre conséquent de traces sur leur surface. L'abrégé des observations possibles qui est reporté dans ce texte est donc large mais rarement réuni sur un même objet ou une même collection. L'exemple tout récent des bois du site du Quai Branly à Paris (du Cerny au haut Moyen Âge) vient émailler une étude de détails en cours de travail.

Auteur : Dietrich (A.)

Magazine : Dossiers d'Archéologie n° 290 Page : 64-67

Les traces d'outils sur les bois gorgés d'eau
Une recherche de la trace d'outil au tailleur de pierre
Le naufrage du San Pedro de Alcantara (1786)

Vous aimerez aussi

Les peintures murales du palais DE TELL AHMAR

Les peintures murales du palais DE TELL AHMAR

Les couleurs de l'empire assyrien

35,00 €

Découvrir
LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

97,00 € 69,00 €

Découvrir
La vie préhistorique

La vie préhistorique

115,00 € 39,00 €

Découvrir
Les Sarcophages égyptiens en terre cuite

Les Sarcophages égyptiens en terre cuite

71,00 € 29,00 €

Découvrir