Dossiers d'Archéologie n° 311
Tombeaux royaux et princiers

N° 311 - Mars 2006

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,80 €

Epuisé

ISSN : 1141-7137

Tout comme les premiers empereurs romains chrétiens, en particulier Constantin, les rois de France ont voulu se faire inhumer dans une basilique prestigieuse qu'ils avaient particulièrement honorée de leur vivant et où ils souhaitaient reposer. C'est ainsi que Clovis, rompant avec la tradition barbare de sépulture sous tumulus, fit construire au sommet d'une colline qui domine la rive gauche de Lutèce, une basilique dédiée aux Saints-Apôtres qui était vraisemblablement liée à à mausolée funéraire, sans doute de plan centré. Ses successeurs firent de même mais dans d'autres édifices (Sainte-Geneviève, Saint-Germain-des-Prés, Saint-Denis). Les Carolingiens reprirent cette coutume mais se firent inhumer eux aussi, en différents endroits. Il fallut attendre Saint Louis pour voir se définir une véritable politique funéraire s'agissant des rois, des reines et des enfants de France. Il choisit, pour ce faire, l'abbatiale de Saint-Denis qui devint ainsi le ?cimetière des rois?.

Sommaire

Souverains mérovingiens et carolingiens
Saint-Germain-des-Prés, une scénographie funéraire et politique
Saint-Benoît-sur-Loire, redécouverte de la sépulture embaumée de Philippe Ier
Fontevrault, le cimetière des rois Plantagenêts
Les tombes princières
Le "cimetière des rois à Saint-Denis" et la politique funéraire de Saint Louis
Abbayes cisterciennes et monuments funéraires
Cîteaux et la mort des rois
Les tombeaux royaux dans les cathédrales
La politique funéraire royale (fin XIIIe-XVe siècles)
Les tombeaux des princes des fleurs de lys à Paris
Les cimetières des Bourbons, princes aux fleurs de lys

Les cimetières des princes des fleurs de lys en Bourgogne

Philippe le Hardi, duc de Bourgogne depuis 1363, fonda en 1385 à proximité de Dijon, au lieu-dit Champmol, une chartreuse destinée à accueillir son tombeau. Celui-ci, réalisé de 1381 à 1410 par Jean de Marville, Claus Sluter et Claus de Werve, est l'un des tombeaux les plus somptueux de la fin du Moyen Âge français. Les successeurs de Philippe le Hardi et plusieurs membres de sa famille furent enterrés à Champmol ; seul son fils Jean sans Peur reçut un tombeau sur le même modèle. Jusqu'à la Révolution, la chartreuse joua le rôle de ?lieu de mémoire? de la dynastie bourguignonne. Ce rôle se perpétue depuis 1827 au musée des beaux-arts de Dijon, où les tombeaux, restaurés après les déprédations de l'époque révolutionnaire, ont été remontés dans la grande salle de l'autel ducal.

Auteur : Jugie (S.)

Magazine : Dossiers d'Archéologie n° 311 Page : 72-79

Le mausolée du duc Jean de Berry
Louis d'Orléans et la chapelle des célestins
Que sont devenus les os de Louis XI ?
Les tombeaux de Louis XII et François Ier
Les mausolées royaux de la Renaissance à la Révolution
Le tombeau de Napoléon Ier aux Invalides

Vous aimerez aussi

Dossiers d'Archéologie

-15%*

Dossiers d'Archéologie

ABONNEMENT 1 AN
6 numéros + 2 hors-séries / an

Synthèse approfondie sur un sujet majeur de l'archéologie

67 € au lieu de 78,40 €*

Ajouter au panier
Archéologia

-25%*

Archéologia

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros / an

Toute l'actualité de l'archéologie en France et ailleurs

70 € au lieu de 93,50 €*

Ajouter au panier
Histoire de l'Antiquité à nos jours

-13%*

Histoire de l'Antiquité à nos jours

ABONNEMENT 1 AN
6 numéros + 3 hors-séries / an

Toute l'histoire à partir de l'Antiquité

69 € au lieu de 79,50 €*

Ajouter au panier
Arkéo

-15%*

Arkéo

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros / an

La mythologie et l'histoire des grandes civilisations !

56 € au lieu de 66 €*

Ajouter au panier