Dossiers d'Archéologie n° 312
Vrais ou faux ? De l'Antiquité classique

N° 312 - Avril 2006

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,90 €

ISSN : 9771141713005

Dans La Guerre du Faux, Umberto Eco engagea, parmi les premiers, le combat. Le romancier du Nom de la Rose dénonça avec brio ce travers de notre temps qui préfère la copie à l'original, donne plus de prix à l'imitation qu'à l'œuvre authentique et se réfugie dans le virtuel pour ne pas affronter la réalité. Les spécialistes de l'Antiquité connaissent, eux aussi, cette tentation : elle est souvent vertueuse, quand pour des raisons de conservation ou de sécurité, elle conduit à montrer, sur les sites ou dans les musées, des répliques. Et comment nier la formidable capacité des technologies informatiques et numériques à faire revivre les mondes disparus ? S'il ne doit guère redouter l'invasion des plâtres et les ravages de la 3D, le monde de l'archéologie vit en revanche sous la pression d'une menace beaucoup plus redoutable : l'activité de faussaires.

Sommaire

La guerre du faux n'aura pas lieu
La tiare de Saïtaphernès
Les fausses terres cuites antiques ou l'attrait de l'œuvre moderne
Histoire vraie de fausses terres cuites
La collection Froehner au Cabinet des Médailles à Paris
Les faux dans l'épigraphie
Reliques et témoignages de foi
Quand la fausse monnaie est prise pour argent comptant
Le philosophe et son double
L'énigme de l'Histoire Auguste

Vrai ou faux ?

Les collections anciennes des musées, les œuvres qui apparaissent sur le marché sans provenance indiquée, ou avec une provenance suspecte : ce sont les deux situations où se pose la question de l'authenticité d'une statue ou d'un relief grec. Le problème est toujours actuel. Tout récemment, une réplique en bronze de l'Apollon Sauroctone de Praxitèle, présentée lors d'un congrès archéologique comme se trouvant dans un château d'Allemagne de l'Est, passée depuis au musée de Cleveland, intrigue ceux qui ne l'ont vue que sur photographies, et à peu près autant, semble-t-il, ceux qui l'ont vue directement. La statue de Praxitèle, qui était en bronze, a été souvent copiée à l'époque romaine. Il n'est donc pas exclu que ce soit effectivement une copie antique ; mais son aspect, sa conservation, seraient aussi bien ceux d'un bronze coulé entre le XVIe et le XVIIIe siècle, comme on le faisait couramment pour les décors, intérieur ou extérieur, des châteaux. On attend qu'une présentation détaillée donne des éléments de réponse.

Auteur : Rolley (C.)

Magazine : Dossiers d'Archéologie n° 312 Page : 68-75

Vous aimerez aussi

Dossiers d'Archéologie

-5%*

Dossiers d'Archéologie

ABONNEMENT 1 AN
6 n° + 2 hors-séries / an

Synthèse approfondie sur un sujet majeur de l'archéologie.

75 € au lieu de 79,20 €*

Ajouter au panier
Archéologia

-19%*

Archéologia

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros / an

Toute l'actualité de l'archéologie en France et ailleurs.

80 € au lieu de 99 €*

Ajouter au panier
Histoire de l'Antiquité à nos jours

-4%*

Histoire de l'Antiquité à nos jours

ABONNEMENT 1 AN
6 n° + 3 hors-séries / an

Toute l'histoire à partir de l'Antiquité.

79 € au lieu de 82,50 €*

Ajouter au panier
Arkéo

-19%*

Arkéo

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros / an

La mythologie et l'histoire des grandes civilisations !

58 € au lieu de 71.50 €*

Ajouter au panier