Dossiers d'Archéologie n° double 315
La Belgique romaine

N° 315 - Juillet/Août 2006

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,80 €

ISSN : 9771141713005

Auguste a le monde à ses pieds. Le plan de réorganisation qui suit la conquête doit intégrer des paramètres variés : les populations belges appartiennent désormais à l'arrière-pays du limes. Mais, quelques siècles plus tard, l'histoire sera réécrite. Les territoires en question seront les premiers à être convoités par les populations germaniques, à la faveur de traités et d'implantations sauvages, qui voient le jour à partir de la seconde moitié du IVe siècle. Pour être étroit, le sol belge n'en possède pas moins une variété infinie de configurations géophysiques. Le pays est caractérisé par une zone maritime, des plaines et des hauts plateaux. Il est sablonneux, loessique, calcaire et schisteux. Les populations y développent des activités et des modes de vie très différenciés, qui ne les mettent pas spontanément au diapason de Rome. Dans ces conditions, comment devenir Romain ? Combien de temps mettront les Belges à se reconnaître Romains et pour quelles valeurs ? Si la romanisation paraît en définitive inéluctable, elle ne connaîtra pas, dans cette région périphérique à l'Empire, un succès homogène.

Sommaire

Populations autochtones et intégration
Épigraphie et municipalisation en Belgique romaine
Tongres, chef-lieu du municipe
La ville nouvelle de Tournai au Bas-Empire
L'organisation routière du nord de la Gaule
Agglomérations et campagnes
Les balnéaires
Pratiques et économie alimentaires
Namur, vicus fluvial
L'agglomération semi-urbaine de Liberchies
Braives, une agglomération à la campagne
Paysans des terres septentrionales
Veldwezelt
Meslin-l'Evêque, imposante villa hainuyère
Le Hody à Hamois, une ferme en Condroz namurois
La villa de Jemelle à Rochefort
La villa de Mageroy et la pisciculture
Sépultures privilégiées sous grands tumulus
Le monde du sacré
Blicquy, à la “Ville d'Anderlecht” : sanctuaire de cité ?
Baudecet, sanctuaire d'agglomération
Sanctuaire de fundus à Mellet
Le culte de Mithra à Tirlemont
La tuilerie d'Hermalle-sous-Huy
Un atelier de foulons et de teinturiers à Arlon
La tannerie de Liberchies
Les céramiques régionales
Oudenburg, fortification du Litus Saxonicum

La fortification romaine tardive de Château Renaud

Le ?Château Renaud? appartient à ces fortifications de hauteur, telles qu'on en connaît plusieurs en Ardenne et en Gaume. Il est situé en un point culminant, soit 362 m, en bordure d'une voie reliant le sud de la Gaume à la chaussée Reims-Trèves. Comme beaucoup de sites fortifiés de la région, son toponyme évoque la légende des quatre fils Aymon. Naturellement isolé sur tous les flancs par des pentes abruptes, le sommet se présente en plate-forme ovale, orientée est-ouest et ceinturée par une enceinte délimitant un espace intérieur de près de deux hectares.

Auteur : Cahen-Delhaye (A.)

Magazine : Dossiers d'Archéologie n° double 315 Page : 132-133

Germains, Francs, Mérovingiens en Belgique

Vous aimerez aussi

Dossiers d'Archéologie

Dossiers d'Archéologie

ABONNEMENT 1 AN
6 n° + 2 hors-séries / an

+ archives OFFERTES (45 n°)

67 € au lieu de 78,40 €*

Ajouter au panier
Archéologia

Archéologia

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros / an

+ archives OFFERTES (75 n°)

70 € au lieu de 93,50 €*

Ajouter au panier
Histoire de l'Antiquité à nos jours

Histoire de l'Antiquité à nos jours

ABONNEMENT 1 AN
6 n° + 3 hors-séries / an

+ archives OFFERTES (55 n°)

69 € au lieu de 79,50 €*

Ajouter au panier
Arkéo

Arkéo

ABONNEMENT 1 AN
11 numéros / an

+ archives OFFERTES (65 n°)

56 € au lieu de 66 €*

Ajouter au panier