Dossiers d'Archéologie n° 316
Autun, une capitale gallo-romaine

N° 316 - Septembre 2006

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,90 €

ISSN : 9771141713005

À Autun, nous savons depuis peu que les activités manufacturières avaient une place prépondérante dans l'économie de la ville. Dans les ateliers, tous situés dans des bâtiments à l'intérieur de l'enceinte, une importante population laborieuse a permis la multiplication de biens de consommation. Voués à la subsistance, à une vente locale et à une vente à l'extérieur du pays éduen, ces produits manufacturés ont permis à différents corps de métiers de se développer, ce qui est le cas pour l'artisanat du métal. La diversité des débouchés des fabrications artisanales et des produits agricoles liés aux exploitations du pays éduen ont entraîné la prospérité du commerce autunois. Entre Augustodunum et les villes de Gaule se sont tissés des liens commerciaux comme en témoignent la diffusion d'un certain nombre de productions artisanales. Aujourd'hui, Augustodunum peut être définie comme capitale administrative, économique et culturelle dont le tissu social, encore mal connu, se caractérise probablement par une grande disparité des classes sociales.

Sommaire

Préface de Remy REBEYROTTE, maire d'Autun
Augustodunum, capitale des Éduens
Premières apparitions de l'artisanat en milieu urbain.
Les exploitations minières en pays éduen
Le district stannifère d'Autun
Les Éduens, producteurs de métal et pollueurs
Les implantations artisanales
Les productions des artisans du métal à Bibracte
Augustodunum, les roches de construction et décoratives
Caractéristiques géologiques et méthodes d'analyse
Les objets inscrits en schiste
Le schiste d'Autun : son emploi et sa diffusion
Fabrication et consommation des objets en os
Le travail de l'os en pays lingon et éduen
la bijouterie autunoise en or des 1ers siècles de notre ère
La production de céramique à Autun
La variété des figurines en terre cuite produites à Autun

Art et Culture dans la capitale des Éduens.

C'est en 1965, lors de la construction d'un pavillon individuel, au 52 rue de la Grille, que le maçon, chargé de creuser les tranchées de fondation du bâtiment, découvrit fortuitement un fragment de mosaïque représentant un personnage barbu jouant de la lyre, entouré d'une inscription en grec. Le prélèvement du panneau effectué sans précaution entraîna la fissuration du bain de pose des tesselles et causa des dommages irréversibles. Le conservateur du musée Rolin, Gustave Vuillemot,
est intervenu à temps pour sauvegarder les fragments du pavement qui furent, par la suite, restaurés dans un atelier à Besançon. Un bénévole, Michel Bernard, fut autorisé par le propriétaire du terrain à mener une fouille d'urgence. Il reconnut la partie d'une salle d'apparat dotée d'une abside dans laquelle d'autres fragments de mosaïque subsistaient. Les aménagements d'un hypocauste et de son foyer ont aussi été repérés. L'inscription a révélé les fragments de deux poèmes d'Anacréon (fin du VIe siècle avant notre ère) et permis ainsi l'identification du personnage représenté. La publication du panneau par Michèle et Alain Blanchard en 1973 a alerté la communauté scientifique sur l'importance de la mosaïque.

Auteur : Chardron-Picault (P.) - Blanchard-Lemée (M.) - Blanchard (A.)

Magazine : Dossiers d'Archéologie n° 316 Page : 70-75

Un chef-d'oeuvre avec des pierres très ordinaires
Le site gallo-romain de nouvel Hôpital d'Autun
Un exceptionnel décor de stucs
Un amour en ambre à Autun
Artisanat et monde des morts

Vous aimerez aussi

Les peintures murales du palais DE TELL AHMAR

Les peintures murales du palais DE TELL AHMAR

Les couleurs de l'empire assyrien

35,00 €

Découvrir
LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

97,00 € 69,00 €

Découvrir
La vie préhistorique

La vie préhistorique

115,00 € 39,00 €

Découvrir
Les Sarcophages égyptiens en terre cuite

Les Sarcophages égyptiens en terre cuite

71,00 € 29,00 €

Découvrir