Dossiers d'Archéologie n° 317
Turkménistan, un berceau culturel en Asie centrale

N° 317 -

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

10,00 €

ISSN : 9771141713005

L'accession du Turkménistan à l'indépendance en 1991 a été, pour les archéologues occidentaux comme pour le peuple turkmène, un moment essentiel car ce pays, le plus riche en sites majeurs de toute l'Asie centrale, dont la culture matérielle avait autrefois largement dépassé les frontières, ouvrait, dès son accession à l'indépendance, la porte à de nombreux programmes de coopération internationale. Quinze ans après cette ouverture, il a paru important de présenter au public les résultats des travaux conduits durant cette période, et de faire connaître en France les richesses archéologiques, historiques et culturelles en tous points comparables à celles des mondes élamo-mésopotamien, iranien ou de l'Indus, mais mal connues car longtemps confinées dans les limites closes de l'URSS. À travers la dizaine d'articles présentés ici, les auteurs ont souhaité rendre compte de la diversité chronologique et culturelle – de la Protohistoire à la période islamique – de ce pays au patrimoine exceptionnel.

Sommaire

Richesse du dialogue entre spécialistes
Turkménistan, un pays fortement contrasté
Histoire de la recherche archéologique
Ulug Dépé
Un atelier de figurines vieux de 6000 ans
Pratiques funéraires à Ulug Dépé
Le plus ancien sacrifice de poulain au Proche-Orient
Qui vivait à Gonur Dépé ?
Les recherches du Centro Studi Richerche Ligabue en Margiane
Nisa-Mihrdarkirt
Les recherches italiennes sur l'Ancienne Nisa

Où adorer les dieux ?

Le petit Tépé de Mele Hairam est localisé sur la bordure orientale du Sarakhs, une oasis à 15 km à l'est de la ville actuelle de Sarakhs. Située à la frontière avec l'Iran, l'oasis de Sarakhs a été formée par un sous-delta du Tedjen. Elle a toujours été une riche région agricole avec ses champs arrosés par un vaste système d'irrigation. L'ancienne Sarakhs, dont les ruines sont visibles aux confins sud-est de la ville moderne, a aussi longtemps bénéficié de sa localisation sur la route reliant Nishapur et Merv. Bien que très riche en monuments archéologiques, la région n'a guère attiré l'attention des archéologues.

Auteur : KAIM Barbara

Magazine : Dossiers d'Archéologie n° 317 Page : 66-71

Richesse des panneaux céramiques du mausolée d'Abou Saïd

Vous aimerez aussi

Les peintures murales du palais DE TELL AHMAR

Les peintures murales du palais DE TELL AHMAR

Les couleurs de l'empire assyrien

35,00 €

Découvrir
LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

LA BIBLE ET L'ARCHEOLOGIE

97,00 € 69,00 €

Découvrir
La vie préhistorique

La vie préhistorique

115,00 € 39,00 €

Découvrir
Les Sarcophages égyptiens en terre cuite

Les Sarcophages égyptiens en terre cuite

71,00 € 29,00 €

Découvrir